Ho Pongo!, web-design & web-marketing à Quimper

Ker’Vrac, boutique zéro déchet à Pont-l’Abbé

ParLors

Ker’Vrac, boutique zéro déchet à Pont-l’Abbé

Ker’Vrac a ouvert en septembre 2018 à Pont-l’Abbé. Dans cette épicerie zéro déchet , on achète en vrac et avec ses propres emballages.

Elle s’inscrit dans un mouvement de retour à une consommation plus saine et écologique. Celui-ci conteste la débauche d’emballages, prône une consommation responsable et revendique un retour au local.

Dans le paysage finistérien, une épicerie indépendante vrac et sans emballage n’est pas une nouveauté. L’ouverture à Tregunc de Ty Vrac en 2017 n’était pas passée inaperçue. L’enthousiasme de sa créatrice a été communicatif et a inspiré de nouvelles vocations.

La vente en vrac,
une idée pas si nouvelle

Les jeunes générations ne le savent peut être pas mais la vente en vrac a été la norme jusqu’à la fin des années 70. Chaque commune, chaque quartier avait son épicerie qui se fournissait à proximité et faisait travailler les producteurs locaux. Les années 80 ont vu la généralisation de la grande distribution. Les produits vendus sont standardisés pour faciliter l’approvisionnement à distance. Le contenant finit par prendre plus d’importance que les qualités d’un produit. Quoi de plus ordinaire qu’un litre de lait ou qu’une lessive qui lave plus blanc que blanc ? Le packaging est poussé par un marketing débordant d’imagination et devient le seul facteur de nouveauté.

Le meilleur déchet
est celui qui n’existe pas

Depuis quelques années, une part croissante de la population s’inquiète. La pollution de notre planète devient de plus en plus visible. De véritables “continents de plastique” ont été détectés aux centres des océans. Ces déchets se désagrègent en micro-particules et entrent dans la chaîne alimentaire. Les humains ne sont pas protégés contre leur ingestion.

Le tri sélectif n’est pas la solution car seule une partie des déchets est véritablement recyclée. Le reste est enfoui ou incinéré. De plus, l’eau et le pétrole, qui sont des ressources précieuses, servent aujourd’hui à fabriquer les déchets de demain. Devant ces constats alarmants l’association Zéro Waste tente de faire inverser le cours des choses. Elle sensibilise les industriels et les populations.

Mais c’est le livre Zéro Déchet de Béa Johnson qui à impulsé un véritable mouvement de fond en France. Cette jeune mère de famille décrit son cheminement vers le zéro déchet. et son expérience a fait école.

Le renouveau de la vente en vrac

L’achat de produits en vrac était déjà possible dans des réseaux comme Biocoop. Cependant, il fallait utiliser des sacs en papier qui ne sont écologiquement pas neutres. Depuis quelques temps il est devenu ordinaire de venir avec ses propres emballages, bocaux ou sacs en tissu. Certains consommateurs militants sont même allés vanter avec succès les bienfaits du sans emballage auprès de leurs commerçants habituels.

Les enseignes de grande distribution sont conscientes de la demande sociétale et proposent aussi du vrac. Un réseau de franchises, Day by Day a vu le jour et se diffuse dans les villes moyennes qui souvent ont perdu leurs commerces alimentaires.

En 2016, la France comptait environ 600 points de vente en vrac et 40 épiceries sans emballage. La vente en vrac s’adresse à une population large. Ce n’est pas plus cher, on économise le coût des emballages et du marketing (jusqu’à 20% du prix des produits).

Ker’Vrac, une épicerie de proximité

Pont-l’Abbé est un bourg où l’activité commerciale est encore très vivante, malgré la présence de plusieurs grandes surfaces. Y ouvrir une boutique demandait de la préparation et une bonne étude de marché. Pour maximiser ses chances de réussite, Isabelle Guéguen, créatrice de Ker’Vrac s’appuie sur un riche environnement associatif. Sur tout le territoire plusieurs associations militent pour l’environnement et sont très actives.

Ker’Vrac choisit donc de privilégier la consommation de proximité. Elle est un lieu de distribution pour de très nombreux producteurs locaux en recherche de débouchés.

C’est aussi un lieu de convivialité où on peut se retrouver autour d’une dégustation. Depuis l’ouverture, Ker’Vrac organise de nombreux ateliers pour conseiller et aider ceux qui souhaiteraient faire évoluer leurs modes de consommation.

Ho Pongo! et Ker’Vrac,
une collaboration fructueuse

Avec Isabelle, nous nous sommes rencontrés au printemps 2018. Nous avons réfléchi à la manière dont le numérique pourrait permettre de faire connaître Ker’Vrac et contribuer à développer son activité.

Nous avons analysé les différentes cibles, essayé de cerner leurs besoins, leurs habitudes et leurs freins. Cela nous a permis de construire un cahier des charges solide qui nous a servi de guide. C’est à partir de ce document que nous avons cherché les solutions techniques.

Le logo et la charte graphique ont été les premiers éléments concrets car c’est d’eux que dépend l’image globale de la boutique.

La communication de Ker’Vrac utilise plusieurs médias et concentre les visiteurs vers le magasin. Avant l’ouverture nous avons axé la communication sur les réseaux sociaux. La page Facebook de Ker’Vrac compte aujourd’hui plusieurs centaines d’abonnés et elle est régulièrement alimentée. Nous avons aussi ouvert une page Google My Business qui permet d’avoir une bonne résonance locale.

Le site Internet a été mis en ligne en août. Il s’inscrit dans un temps plus long. C’est sur cet outil que seront présentés les ateliers, les fournisseurs, les produits. Un système de réservation de paniers et de commandes à emporter est en prévision. Le site sera alors en interaction avec la clientèle.
Découvrez le site de Ker’Vrac…

 

Please follow and like us:

À propos de l’auteur

Lors administrator

Laisser un commentaire